Vicky Bach Memorial Prize Winner 2019 – Gagnant du Prix Vicky Bach Memorial 2019

Share

Congratulations to this year’s Vicky Bach Memorial Prize winner Lucy Vorobej (University of Waterloo) for her paper “‘By Their Own Efforts’: Alcohol Abuse and Disease Concepts in Ontario’s Colonial Past 1945-1980.” The prize recognizes the best student paper on the history of nursing presented at the annual conference. More information on the Vicky Bach Memorial Prize and a list of past winners available here.

Félicitations à Lucy Vorobej (University of Waterloo) pour son papier « De leur propre chef » : Concepts de l’abus d’alcool et des maladies au cours du passé colonial de l’Ontario, de 1945 à 1980, le gagnant du prix Vicky Bach Memorial. Le prix Vicky Bach Memorial reconnaît la meilleure prestation d’un(e) étudiant(e) sur l’histoire des soins infirmiers offerte lors de la conférence annuelle de l’Association canadienne pour l’histoire du nursing. Plus d’information sur le prix Vicky Bach est disponible ici

Ms. Vorobej’s CSHM-CAHN abstract:

In the early decades of the twentieth century, infectious diseases disproportionately plagued Indigenous communities in Canada. As a result, scholars have demonstrated how medical and political discourse framed Indigenous peoples as a ’dying race’ and a diseased menace to the wider (white) community. By the middle of the century, however, the illness profile of Indigenous communities had changed. Accidents and alcohol overtook earlier disease scourges like tuberculosis in comparative mortality rates. This paper examines how Indigenous and nonIndigenous stakeholders of Indigenous health interacted with this new illness profile. In particular, this paper explores debates about the causes and cures of ill-health, namely alcoholism, in Indigenous communities. How did different stakeholders understand the disease of alcoholism? How were its causes and cures understood? Were earlier attitudes about illness and indigeneity repeated or were they challenged? Using primarily the records of the Indian Health Service Branch of the Department of National Health and Welfare, as well as material from contemporary medical journals and newspapers, this paper offers insights into the continuity and changes of the image of ‘the Indian’ in the post-World War II period. Significantly, this paper’s exploration of meaning also extends to the period’s understanding of Indigenous peoples’ participation in alcohol management programs. It demonstrates how programs such as the National Native Alcohol and Drug Abuse Program of the 1970s marked a clear change from earlier government health management programs that had excluded Indigenous peoples and cultures. Such a move was certainly in line with a succession of governments weary of assimilation and paternalism, but the outreach to Indigenous stakeholders was far from seamless. Conflict could arise when inclusion was viewed as insufficient or western and Indigenous models of health clashed. With a particular focus on the situation in Ontario, this disease concept history reveals both the persistence of racialization within government- funded programs for Indigenous health. It also offers a close study of the successes and challenges of post-1945 government-Indigenous collaborations in the realm of health and explores the rise of Indigenous-led coalitions.

Résumé du papier SCHM-ACHN:

Au début du vingtième siècle, les communautés autochtones du Canada furent disproportionnellement affectées par des maladies infectieuses. Par conséquent, les chercheurs ont démontré comment le discours médical et politique a présenté les peuples autochtones comme une « race mourante » et une menace de maladie pour l’ensemble de la communauté (blanche). Par contre, au milieu du vingtième siècle, le profil des maladies dans les communautés autochtones a changé. Les accidents et l’alcool supplantèrent les maladies infectieuses comme la tuberculose pour ce qui est des taux de mortalité comparés. Cette présentation examine comment les intervenants autochtones et non autochtones du domaine de la santé réagirent à ce nouveau profil de maladie. Plus particulièrement, cette présentation analyse les débats concernant les causes et remèdes de la mauvaise santé dans les communautés autochtones, plus particulièrement l’alcool. Comment est-ce que les différents intervenants comprirent la maladie de l’alcoolisme ainsi que ses causes et remèdes? Est-ce que les attitudes envers la maladie et les Autochtones dans le passé furent contestés ou demeurèrent pareils? Se basant de prime abord sur les documents de la Direction des services de santé aux Indiens du ministère national de la Santé et du Bien-être, ainsi que des revues savantes médicales et des journaux, cette présentation offre un aperçu de la continuité et du changement de l’image de l’Indien dans la période de l’après-guerre. Il est important de noter que l’étude de cette compréhension porte sur la participation des peuples autochtones aux programmes de gestion de l’alcool au cours de cette période. Elle montre comment des programmes comme le Programme national de lutte contre l’abus de l’alcool et des drogues chez les Autochtones des années 1970 ont marqué un changement évident par rapport aux programmes gouvernementaux antérieurs de gestion de la santé qui avaient exclu les peuples et cultures autochtones. Une telle démarche s’inscrivait certainement dans la lignée d’une succession de gouvernements las de l’assimilation et du paternalisme, mais la sensibilisation des intervenants autochtones était loin d’être homogène. Des conflits pouvaient survenir lorsque l’inclusion était considérée comme insuffisante ou que les modèles de santé occidentaux et autochtones s’affrontaient. En mettant particulièrement l’accent sur la situation en Ontario, l’histoire de ce concept de la maladie révèle la persistance de la racialisation dans les programmes financés par le gouvernement pour la santé autochtone. Il offre également une étude approfondie des réussites et des défis de la collaboration entre le gouvernement et les Autochtones après 1945 dans le domaine de la santé et explore la montée des coalitions dirigées par des Autochtones.

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *